Présentation

Je suis ostéopathe diplômé du Collège Ostéopathique de Provence, Marseille.

Mon cursus, Bac série D (scientifique orientation biologie), diplôme de Masseur-Kinésithérapeute et dès les premiers mois de pratique, une grosse déception. Une grande passion pour les études, (anatomie, physiologie …) mais la pratique m'est apparue plus comme une liste de recettes dans laquelle il fallait choisir, qu’une recherche de la cause dont alors, découlerait le traitement !

Je me senti frustré, et obsessionnellement à la recherche de la cause des évènements, recherche qui n’est absolument  pas abordée dans les études. Pourquoi ?

Etudes et diplôme d’ostéopathie par la suite. Encore une fois, études passionnantes, haut niveau, beaucoup de réponses mais toujours la même frustration. Pourtant le niveau de recherche causale est très nettement supérieur, plus satisfaisant, mais je commence à entrevoir ce qui me frustre toujours. La cause primaire, première, sommitale, est perpétuellement esquivée. Volontairement ? Inconsciemment ?

Je sens bien que l’on peut étudier la matière humaine dans tous les sens, l’encéphale sous toutes ses coutures, les relations hormonales dans toutes les directions, la séparation entre le psychisme et le soma (corps) reste un tabou puissant qui bloque la compréhension globale de ce qu’est un être.

Science veut dire selon le Larousse : « Ensemble cohérent de connaissances ayant pour objet l’étude des faits, des relations vérifiables. »

Je me souviens encore de la réaction d’un de mes professeurs, excellent par ailleurs, lors d’un de mes examens pratiques d’ostéopathie, où je traitais un patient lombalgique. Je sentais cette personne très tendue, et lui dis que vraisemblablement le stress entrait pour partie dans la cause de cette douleur. Mon professeur me demanda alors comment je concevais qu’un état psychologique pouvait restreindre la mobilité d’une vertèbre ? Je m’en tirais par une pirouette et eus mon examen !

Tout ce qui n’est pas vérifiable ou mesurable, reproductible, ne peut faire partie du domaine de la science. Ma façon de voir les choses n’est donc certainement pas scientifique au sens commun du terme, mais je m’efforce de l’expliquer de la manière la plus rationnelle possible.

Une vision globale d’un être vivant va, pour moi, inclure la conscience, le corps et la relation qui les unit, sachant qu’ils sont indissociables et forment un tout indivisible. J'irai même jusqu'à dire qu'un être, c'est un esprit, un mental, qui utilise un corps pour réaliser ce qu'il désire, avec évidemment les limites de chacun.

Partant de là, je peux concevoir un modèle d’être humain qui me servira de référence dans la pratique de l’ostéopathie, qui sera  différente des autres, forcément. Et cela deviendra l'ostéopathie tissulaire, qui inclue la composante consciente de la vie.

Voilà pourquoi ce site, qui je l’espère répondra aux multiples questions que se posent et me posent mes patients en consultation.